Compte rendu du match ANCHAMJAM A - CINEYTIK A

On aura tout essayé...

Comment contrer l'armada cinacienne new look avec notre équipe amoindrie ? Vaste problème... Benoît n’étant pas là, on a donc pensé au coup de la panne. Dès notre arrivée vers 19h25, la salle, qui est dans le noir le plus complet, le demeurera pour un bon moment, tout comme une partie de l’école qui nous abrite, d'ailleurs, à notre grand dam.

Bien essayé pour pouvoir remettre le match (que doit diriger Danielle Matagne), diraient les mauvaises langues, mais il faudrait quand même pouvoir jouer...

Nous appelons de suite la concierge qui demeure à 100 m de là. Pas de bol, elle est absente et annonce sa présence sur place dans le quart d’heure. On essaye entre-temps de trouver la panne, mais le local principal où dénicher les compteurs n’est pas accessible. La brave dame arrive et nous cherchons plus avant la lumière, sans beaucoup de résultat. On envisage de trouver un autre local dans l’école. Il y en a un, quelque peu exigu, mais, avec l’approbation du referee et de nos amis visiteurs, nous nous affairons à en prendre possession. Le tableau de jeu à peine déménagé, le miracle se produit : la bonne fée électricité fait son retour parmi nous. Ouf !

On va pouvoir jouer. Retour du tableau, aménagement de l’espace de jeu, je peux y aller de mon speech le plus court jamais produit : pas plus de 10 mots, car il est déjà 20h24 à ma montre, et on a déjà assez (gagné ou) perdu de temps. ‘Merci’ (de votre patience) résume le mieux le speech.

Face à une kyrielle de champions du monde et de non moins valeureux joueurs de série 1, les chances ACJistes sont plus que minces. Après le top de départ, nous ne serons certes pas à la fête. Aucune perte de points n’étant tolérable face à ces cadors, et la partie semblant assez facile, faut-il prendre des risques en cours de jeu ? That’s the question !

Ayant délaissé 5 pts avant le 8e coup, je double le tarif avec le sous-top de REVERSAL, LIVRERAS. Ca sent déjà un peu l’oignon à mon goût, et je trouve ces 10 unités comme étant un océan de retard face au Cineytik, en fonction d'une telle partie...

Arrive le 10e round avec le tirage AEIIMPV. Un VAMPE assez simple de 51 pts est-il suffisant ? Je cogite : PAVIE, IMPAVIDE, VAMPIRISE ; je risque IMPAVIE pour 88 unités, car j’aurais des regrets à le laisser filer. Las, bardaf, c’est l’embardée ! Top à 51, annonce Danielle, et donc je ne reviendrai jamais au score. Les difficultés à suivre seront de moindre importance (pour moi) : un U d’appui oublié derrière TOF, et on peut lâcher 4 unités, puis URANITE qui fait glisser mon PATINEUR à 7 pts plus bas. J’échappe ensuite au piège de GODILLEE, tout le monde ne peut en dire autant...

DIGIT et BLAZ(E) peuvent surprendre plus loin, avant que CA(N)NELLE ne réponde calmement à LANCE(O)LE. Un petit TOP pour mériter d’y rester pour l’ultime reprise, et 4 visiteurs réalisent le score parfait : Eric, Christian, Logan et Philippe. Marc termine 5e à -6. Il étaient intouchables pour moi ce soir. J’aurais pu (dû ?) profiter des faux-pas de Luc (-30), Michel (-31) et Stéphane (-50), sans prendre de risque. Mais à -77 au compteur (pas électrique) au lieu de -26, je n’ai pas fait le job.

Notre Lucas nous évite la roue de bicyclette, merci à lui.

Avec 37-99 au décompte final, les Condruziens seront un magnifique rival et un os bien dur à avaler pour les champions en titre brainois. Ces deux-là seront sur le podium dans quelque mois, tandis que nous occuperons un strapontin sur le podium du bas. C’est le jeu...

Vous n’étiez pas au courant ?

 

Un Bison Tout Ras